faire connaitre sa marque de vetements

Théoriquement illégale mais peu réprimée par les autorités, la publicité sauvage attire toujours plus d’annonceurs en quête de visibilité.

Parmi les différentes techniques employées pour être vu, le wild posting (affichage sauvage) le boarding (pancarte agrafées sur un poteau) ou encore le stickering (autocollants) font les beaux jours des plus subversifs.

Parmi eux, les grandes marques de mode et leurs directeurs artistiques, toujours prêts à redoubler d’audace et d’originalité pour promouvoir leur patte.

Aussi, pour faire connaître sa marque de vêtement, faut-il oser l’affichage sauvage ?
Aujourd’hui, on vous parle de 3 marques qui ont sauté le pas et vu leur cote de popularité augmenter.

Supreme, le pionnier du wild posting

Parce que l’inspiration vient de la rue et que le pouvoir est au peuple, le wild posting a d’abord connu un très grand succès aux États-Unis, sa terre d’origine, avant d’arriver en France.

La pionnière en la matière est sans surprise issue des milieux urbains underground, portée par une jeunesse rebelle et subversive. Il s’agit de la marque de streetwear Supreme.

Dès sa création en 1994, la marque new-yorkaise a fait de l’affichage sauvage son fer de lance afin de promouvoir ses collections. Le tout, en s’offrant des grands noms de la pop culture à l’image de Lady Gaga, Neil Young, Terry Richardson ou même Rihanna.

Si la marque Supreme était une référence pour les amateurs de skate et de street-culture, elle est aujourd’hui une marque de mode hautement bankable et exclusive, surtout depuis sa collaboration avec Louis Vuitton.

Faire connaître sa marque de vêtements à l’image de Supreme, est ce fait pour vous ? Oui, à condition de proposer des pièces originales, pointues et rebelles mais aussi d’avoir une proposition de valeur forte, presque provocante.

Gucci, hors des sentiers battus

Coup de maître pour la griffe italienne, qui n’a pas hésité à adopter une stratégie d’affichage sauvage – ou plutôt, de peinture sauvage – pour faire parler d’elle.

En mars 2018, une fresque poétique et inattendue apparaît sur le mur pignon situé à l’angle de la rue Poulmarch et du quai de Valmy, dans le 10e à Paris.

Cette impressionnante fresque, réalisée clandestinement de nuit, était destinée à promouvoir le dernier parfum de la marque à l’époque, Gucci Bloom.

Si les passants se focalisent d’abord sur le caractère onirique et floral de la peinture, ils découvrent très vite qu’il s’agit là d’une publicité sauvage, théoriquement interdite.

La fresque, réalisée par nos confrères d’Urban Act, est donc rapidement retirée à la demande des autorités, mais pas sans avoir marqué durablement l’esprit des Parisiens.

Faire connaître sa marque de vêtements à la manière de Gucci, pour ou contre ? Pour, bien sûr, surtout si votre fresque sauvage épouse les caractéristiques du milieu urbain et si la proposition de valeur est suffisamment poétique.

Zalando, made by Tapage

En 2019, nous avons eu l’honneur de collaborer avec Zalando pour une campagne d’affichage sauvage destinée à promouvoir leur boutique éphémère au cœur du Marais.

Le but était de mettre en avant trois nouvelles offres proposées par la plateforme :

  • Recevoir le produit et l’essayer avant de le payer (Try now, pay later)
  • Être livré en 24 h seulement.
  • Retourner le produit par boîte postale.

Ces trois services ont été déclinés en trois péchés mignons : l’hésitation, l’impatience et la paresse. L’idée était de proposer des affiches en format 70×100 reprenant les codes et les messages clés de la marque. Opération réussie !

Faire connaître sa marque de vêtements comme l’a fait Zalando, c’est un grand oui ! Comme Zalando, optez pour une stratégie de guérilla marketing efficace et visible de tous.

Vous souhaitez faire connaître votre marque de vêtements à l’image de Gucci, Supreme ou Zalando ?
TAPAGE Médias réalise pour vous des opérations décalées et surprenantes en plein cœur des espaces urbains !